Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 19:33
L'Important

-C'est quoi l'Important?
-L'Important, c'est d'accrocher des rires
Aux branches sèches de la vie...
-C'est quoi la Vie?
-La Vie, c'est chercher son étoile
Dans le fouillis du ciel...
-C'est quoi le Ciel?
-Le Ciel, c'est ce qu'on ne peut voir
Qu'en fermant les yeux...
-C'est quoi les Yeux?
-Les Yeux, ce sont des forges vives
où s'embrasent les rêves...
-C'est quoi les Rêves?
- Les Rêves...
C'est ce qui est important.

Robert Gélis


L'important c'est de rêver les yeux grands ouverts et aussi d'aimer le plus possible le temps que nous sommes vivants..........mais comme la Vie se complique alors.



Repost 0
Published by Astéroide JoelleB612
commenter cet article
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 18:39

La ville de Marseille a rendu vendredi hommage à l'écrivain et célèbre aviateur Antoine de Saint-Exupéry au cours d'une cérémonie en mer, à l'occasion du 65e anniversaire de sa disparition survenue en 1944 au large des côtes de la cité phocéenne.

Quelque 400 personnes, dont le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin (UMP) et le secrétaire d'Etat à la Défense et aux anciens combattants Hubert Falco, embarquées à bord de trois bateaux dont l'Orion, chasseur de mines de la Marine nationale, ont participé à un hommage au cours duquel plusieurs couronnes à la mémoire de l'écrivain ont été lancées à la mer, au large de Marseille.

Un défilé aérien avec la patrouille de France est venu clore la cérémonie. Trois Mirage 2000 de la base aérienne d'Istres (Bouches-du-Rhône), un Noratlas (avion de transport français de l'immédiat après-guerre) et surtout un Lightning P-38 --l'avion de la dernière mission de Saint-Exupéry-- ont sillonné le ciel.

Saint-Exupéry, c'est à la fois cet aviateur extraordinaire et l'auteur du Petit Prince --qui n'a pas lu et relu le Petit Prince?--, c'est un symbole, avec tous les vétérans qui sont ici, de toutes celles et tous ceux qui ont beaucoup servi la France", a déclaré M. Gaudin à la presse, après qu'eut été dévoilée en mairie la plaque commémorative qui va être posée sur l'îlot du Grand Conglué, dans l'archipel du Riou.

La ville a également organisé une exposition gratuite, inaugurée vendredi, dans laquelle est notamment présentée la gourmette de Saint-Exupéry retrouvée le 7 septembre 1998 par un pêcheur marseillais près du Riou.

Des vestiges de son appareil, retrouvés dans la même zone par l'archéologue Luc Vanrell, sont aussi présentés.

Parti de Corse, l'avion du commandant Antoine de Saint-Exupéry s'est abîmé en mer le 31 juillet 1944, alors qu'il effectuait une mission de reconnaissance photographique.




Une pensée pour mon Poète préféré et pour le Petit Prince qu'il est resté....On ne voit bien qu'avec le coeur ......
Repost 0
Published by Astéroide JoelleB612
commenter cet article
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 18:02

Grande, très mince, noire de cheveux, rose et blanche de visage, elle avait la tête petite, de longs yeux d’émail comme une Japonaise, mais vifs et fins, les lèvres du rouge des cerises, les plus belles dents du monde »c’est ainsi qu’ Alexandre Dumas Fils  décrivit Marie Duplessis(Alphonsine Plessier)

 

Durant sa courte vie, Marie Duplessis fut célèbre pour sa réputation de discrétion, d’intelligence et d’amoureuse pleine d’esprit. Nul de ceux l’approchant pour la première fois n’aurait pu penser être face à une courtisane.

 

Elle meurt complètement ruinée et abandonnée de tous, sauf de deux de ses anciens amants, le comte suédois von Stakelberg et le comte de Perregaux, restés à ses côtés.

 

Alexandre Dumas fils lui rendit hommage avec sa Dame aux camélias, dont il disait : « N’ayant pas encore l’âge où l’on invente, je me contente de raconter », qui relate sa relation, sous le nom d’« Armand Duval » avec Marie Duplessis dépeinte sous les traits de « Marguerite Gautier ». De ce roman, il fait ensuite une pièce qui sera jouée en 1852. L’année suivante, Verdi crée d’après la pièce de Dumas fils, le non moins célèbre opéra la Traviata, où il représente Marie sous le nom de « Violetta Valery ».

 

 

Il y a des soirées magiques, des soirées où tout simplement trois heures de bonheur comblent tous les petits trous de votre existence et le vide qui s’est installé au fils du temps.

A Orange j’y suis presque, transportée, télé portée sur les pierres du théâtre antique avec le ciel comme couverture.

Ce pourrait être mon histoire où la votre celle de Marie Duplessis, il suffit d’être juste passionnée par le personnage et la magie fait son œuvre.

Habitée  par le personnage je me suis laissée envoûter par la voix de  Patrizia Ciofi et sa sensible interprétation…Je suis devenue presque sans m’en rendre compte Marie, Alphonsine , Violetta ..et ce pour quelques petites heures volées à un petit écran devenu soudain prodigue, capable d’apaiser ma peur et l’ombre de celui qui dort…

Oui je pourrais l’être et  je suis Violetta,  pas encore condamnée comme elle mais écartelée et déchirée dans son Amour et dans sa Vie.

 

 

Trois petites heures de bonheur sur fond de drame, un ténor magnifique Vittorio Grigolo, l’orchestre de radio France dirigé par Myung-Whun Chung et mon souffle retenu …qu’est –ce pour vous mon cœur que ces larmes……………………….

 

 

« Rappelle-toi : tu es un acteur dans un drame, un drame tel que le veut l’auteur : court s’il le veut court ,long s’il le veut long .S’il veut que tu joues un mendiant c’est pour que, celui-là aussi tu le joues avec talent, de même s’il s’agit d’un boiteux, d’un magistrat, d’un simple particulier.

Ce qui te reviens en effet, c’est de bien jouer le rôle qui t’a été donné, mais le choisir c’est l’affaire d’un autre »

Epictète

Repost 0
Published by Astéroide JoelleB612
commenter cet article
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 19:52

Elle pleure la petite Princesse, elle pleure et toutes les larmes qu’elle verse et qu’elle a versées sont autant de myriades de gouttes d’eau d’une imaginaire échelle de larmes hissée vers le ciel .Un ciel dont je ne sais s’il est en deuil ou en joie d’accueillir son Prince, ciel si tourmenté ce soir .Un ciel que l’on voudrait tirer doucement comme un rideau pour y voir encore apparaître le Magnifique qui a tiré sa révérence si brutalement que les minutes vidées de leurs secondes s’écrasent dans un temps qui saigne des « Never can say goodbye »…

 

  Textes protégés

Elles brûlent les milliers de chandelles allumées sous les fenêtres , dans les cours, dans les chambres obscures , dans les mémoires, dans les cœurs hissés de leurs pavillons noirs appareillés pour les sombres méandres du fleuve des pluies du cœur…..

 

Ils transgressent, ils violent, ils écartèlent sa VIE les tabloids, ils volent, amassent et éventrent sans vergogne les secrets cachés du KING OF POP lui soutirant même dans son sommeil éternel les derniers millions de dollars .Ils ne seront pas condamnés vautours infâmes d’un système destructif où la vie privée est jetée en pâture et où l’être a si peu d’importance.

On lui accorde enfin tous les titres, tous les honneurs et hommages après l’avoir exhibé et sali à jamais, saturant sa raison, enfiévrant sa folie de différence par la plus vile des calomnies.

 

 

Pauvre Michael,Brillant Michael, preux chevalier en quête d’un graal de jeunesse qu’il souhaitait éternelle .Quitté son triste habit d’arlequin noir devenu blanc , quitté pour devenir la comète glissant ses pas de moonwalker vers un pays où les enfants ne grandissent jamais et où tout est transcendé.

Il nous a quitté ce brillant météore, ce garçon différent, ce «  mon je est un autre »ni vraiment homme, ni vraiment noir,  otage d’une société qui ne pardonne rien et surtout pas le génie….

Il s’est perdu tant de fois, son enfance pesante accrochée sur son dos comme une mauvaise plaisanterie .Une mauvaise ombre cette enfance , ravageuse , destructrice sous le joug d’un talent que l’on savait immense…Il est parti avec son pauvre corps ravagé ,gravé de tout ce que ses mauvais mages lui avaient soufflé, l’abusant et le détruisant sans scrupules Pauvre petit Prince, parti vers un ailleurs l’archange Michael terrassant ses démons avec la lance du désespoir , lâché et trahi par toute une presse et par le star système infâme et lâche.

Parti qui sait à la rencontre d’un autre petit Prince , enfant dans l’âme comme lui à qui il enseignera son « Moon walk »et qui lui fera oublier ce chemin ce croix et les outrages de sa vie toute martyrisée.

King of Pop, Prince des étoiles, envolé à jamais vers un ailleurs que je te souhaite si beau,

Fais danser les anges, et s’affoler les étoiles et oublie vite cette écorce terrestre …

Que ton repos soit doux , que ta jeunesse demeure et que résonnent tes chants encore longtemps pour bercer la petite Princesse qui ce soir est si désemparée , un peu morte elle aussi et pour qui ta disparition est un peu la sienne.

 

Non tu n’étais pas Bad, tu étais simplement Sad Bambi…………

 

 

Texte écris pour deux petites Princesses jumelles de jour et d’année qui ne se connaissent pas mais qui pourtant sont unies dans la peine !…

Repost 0
Published by Astéroide JoelleB612
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 14:31
Hier après-midi, je suis tombé amoureux d'un arbre. [.......]. L'apparition de cet arbre a fait surgir en moi un silence de toute beauté. Pendant quelques instants, je n'avais plus rien à penser, à dire, à écrire et même oui, plus rien à vivre. J'étais soulevé à quelques mètres au dessus du sol, porté comme un enfant dans des bras vert sombre, éclaircis par les tâches de rousseur du soleil. Cela a duré quelques secondes et ces secondes ont été longues, si longues qu'un jour après elles durent encore.

Je ne retournerai pas voir cet arbre -- ou bien dans longtemps. Ce qui a eu lieu hier m'a comblé. Il me semblerait vain d'en vouloir la répétition. Vain et inutile: en une poignée de secondes, cet arbre m'a donné assez de joie pour les vingt années à venir -- au moins. "


Repost 0
Published by Astéroide JoelleB612
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 00:40
Le temps passe et nos pas foulent la vie avec impatience peu conscients je trouve de l'éphémère de nos vies cabrées.
J'avais une amie, elle n'est plus là ! Envolée elle aussi emportée par un mal dont on sait hélas
que bien souvent il ne pardonne pas.
L'an passé alors que nous parlions doucement de ce temps qui file, de notre enfance aussi elle me dit que je devais être une étrange petite fille quand j'étais enfant.

Etrange, ce mot a imprimé et a laissé presque une fêlure, étrange pourquoi étrange ? Pas plus étrange que toi lui avais-je répondu et elle avait souri .
Et ce soir en rentrant de la ville j'ai repensé à notre conversation en entendant une ambulance filer à toute allure, sirène hurlant au vent du soir.
-Oui j'étais étrange, j'aimais les ambulances et leurs sirènes criardes comme si ma vie n'était qu'une urgence, prête à ce qu'on « l'embarque « un beau matin comme ça ni vue ni connue...
-J'aimais les arbres et leurs immenses branches sur lesquelles je me réfugiais des journées entières recroquevillée sous leurs frondaisons un livre en poche pour toute compagnie, solitaire et captive de ma peur.
Car je détestais ma peur celle qui me clouait sur place avec ces angoissantes nuits où je ne pouvais dormir et où j'entendais mon cœur volcan bouillonner et battre puissamment dans mes oreilles.
-J'aimais les astres, le ciel, l'étude et la connaissance des choses j'aimais être première par volonté de puissance sur mes peurs et mes angoisses .Ainsi je pensais maîtriser mon destin et surtout fait fuir cette peur de la mort qui me tenaille encore parfois.
-J'étais indisciplinée et pourtant sage, timide et pourtant effrontée, capable du pire comme du meilleur.
J'étais solitaire, pas d'amis proches, mes frères et sœurs seuls liens qui me tenaient au monde dans l'enfance, mes seuls francs repères, le même sang, la même enfance dans nos veines.
-J'aimais le monde, les océans, les poésies , les oiseaux du ciel , le petit Prince, le dessin, l'odeur du foin de cette grange fermière où nous allions chercher notre lait avec mon frère.
-La couleur rose de ces petites clochettes du jardin des merveilles de ma Grand –Mère quand celle-ci me prenait en vacances.
-Le poids des livres dans mon sac quand je partais à l'école consciencieusement prête pour une journée que je pensais studieuse mais où je ne ferais rien d'autre que de rêver et de distraire la classe par mes turbulences soudaines.
-Les maîtresses d'école toujours patientes ou autoritaires selon l'année et qui me donnaient des ailes quand je ne savais plus voler.
-La rondeur de mes lettres tracées à la plume trempée dans l'encrier d'encre violette et dont la raideur me plongeait dans une colère constructive de discipline.
-Les leçons de morale parce que j'avais besoin de morale, d'idéal, et que la vie ne m'en apportait pas suffisamment.
-Les petits berlingots de lait frais, distribués dans les écoles chaque matin.
-Les marronniers et les hannetons voletant dans nos cheveux à présent disparus.
-Les randonnées avec mon petit frère, randonnées pour distribuer Pif le chien ou l'Huma dans les foyers, eh oui tout le monde n'a pas eu la « Chance » d'avoir des parents communistes !
-Les longs cheveux ondulés de ma petite sœur qui balancés au vent lui donnait un petit air de Princesse alors que cheveux courts je n'étais qu'un garçon manqué toujours vêtue de vêtements troués par inadvertance.
-Les leçons de solfège et tambour avec mon petit frère à l'harmonie municipale ainsi qu'à la chorale de notre ville au bord de la rivière.
-Les pêches à l'écrevisse dans le lavoir avec notre Mère et la terrible frayeur qui s'en suivait lorsque je les voyais pauvres innocentes se débattre une seconde dans l'eau bouillante.
-Les « raclées « données au garçons qui tapaient mon petit frère et que j'attendais à la sortie de l'école pour lui rendre justice.
-Et les yeux et le sourire de ce petit voisin qui m'appelait Princesse Gracieuse me donnant un peu de son cœur par ce titre ô combien envié par d'autres petites Princesses
-La beauté de ma Mère qui ne me voyait pas, ne me regardait jamais et qui faisait de mes jours un désert d'Amour sans que jamais rien ne vienne l'ensoleiller.
-Et aussi les couchers de soleil parce qu'ils consolaient mes jours.

Etrange enfance...oui à bien y réfléchir, dans un monde qui me paraissait étranger et dont les contours me donnaient la nausée .J'avais en détestation tout ce qui était dans la norme, tout ce qui reliait ma vie à la discipline malgré ma pseudo sagesse.
Pour vivre je me suis obligée à accepter de laisser une partie de moi-même à la frontière de la normalité et de l'étrange ...Alors après avoir regardé cette partie de moi détachée j'ai continué à avancer droite, résolue, mais tout en rêve et en arabesque sur un fil dont je ne sais pas quand il va rompre mais dont la solidité me surprend chaque jour un peu plus ...


Repost 0
Published by Astéroide JoelleB612
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 02:31
Je suis une fusée en partance vers ton ciel
Embarquement du cœur pour des jamais de fiel.                                             Textes protégés
Je suis en solitude prête à tout pour ton rire
Je suis en habitude habillée pour le pire.

Je suis aussi souvent renard de ton désert
Demandant l'apprivoise mais ployant sous tes fers,
Les fers de l'exigence que tu m'as mis au cœur
Les fers de l'impatience que tu sèmes en seigneur.

Et si mes envolées dans tes cieux sont bien souvent envolées de larmes
Elles sont aussi de joie quand mes yeux vides désarment.
Et si mes envolées dans tes cieux sont faites de rêves et parfois d'étoiles,
Je sais que mon cœur fou tremble sous l'illusoire et vogue sans ses voiles.

Je suis une fusée en partance vers des hier diluviens et moroses,
Je suis une fusée en partance vers des demains où le rien se mêle au je n'ose.
Et si de mes doutes tu te repais en maître
C'est parce qu'en moi le je attend le vouloir naître.

Je suis une fusée en partance vers ton ciel,
Et en années lumière je compte la distance
Qui de toi me sépare et n'est que dure absence
Qui de toi me rapproche en peine et en silence.
Et si de mes orages tu ne sais l'existence,
C'est que je n'ai plus en moi la force et la démence
Pour te dire que le vol n'est que peine et souffrance.

Je suis une fusée en partance vers ton ciel
Embarquement du cœur pour des toujours sans ailes...........




[ Ajouter un commentaire ] [ Aucun commentaire ]
Repost 0
Published by Astéroide JoelleB612
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 01:13
En ce moment je relis Croc -Blanc, chien Métissé Loup qui trouve la la distance idéale pour juger le comportement des Dieux c'est à dire les hommes dangereux et imprévisibles...
Rappelons la réponse de l'UMP au regard des élections européennes:

Le loup est une espèce strictement protégée au titre de la convention de Berne et de la directive n° 92/43/CEE dite directive habitats. Son retour dans les Alpes françaises a nécessité l'accompagnement des éleveurs par l'État, avec l'aide de l'Union européenne.


Le nouveau « plan d'action national sur le loup 2008-2012, dans le contexte français d'une activité importante et traditionnelle d'élevage » a été élaboré par les ministères en charge de l'écologie et de l'agriculture suite à un travail important avec les différentes parties concernées, notamment la profession agricole et les élus, qui ont pu l'enrichir de leurs expériences et de leurs réflexions.
La population française de loups est aujourd'hui durablement installée et poursuit son expansion géographique. Prenant en compte cette évolution, le plan 2008-2012 prévoit, outre la poursuite de l'accompagnement en matière de protection des troupeaux et d'indemnisation des dégâts, la mise en oeuvre d'une gestion différenciée de la population de loups en vue de prévenir des dommages importants à l'élevage.
Dans le respect des engagements européens et internationaux de la France pour la conservation de la biodiversité, cette approche fondée sur des critères à la fois biologiques et anthropiques, permet de mieux prendre en compte la diversité des situations tout en donnant une plus grande autonomie au niveau local.

Trouvé sur le site protection des Loups
Daté du 20 Mai 2009

Pour la première fois, dans le Pays de Gex, un loup a été identifié. Il l'a même été très formellement puisque c'est son cadavre qui a été retrouvé vendredi matin dernier au bord de la RD 884 sur la commune de Péron, vers la sortie de Grény. Le lieutenant de louveterie et les agents du service départemental de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), appelés sur place, ont procédé à son transfert vers le laboratoire vétérinaire de Bourg-en-Bresse. Là, les examens ont fait valoir que l'animal était mort d'une hémorragie, probablement due à un choc sur la route avec une voiture.

Dans un département de l'Ain où la présence du loup n'est pas permanente, cette affaire pose des questions. Alors que l'augmentation de la population a été importante sur la Haute-Savoie ces derniers temps, avec de nombreuses attaques d'ovins dans les Aravis, cela préfigure-t-il une prochaine colonisation du massif jurassien ? Difficile à dire pour l'instant. Selon les experts, "l'animal découvert vendredi dernier est un mâle subadulte isolé qui était à cette période de l'année vraisemblablement en phase de prospection de territoire après s'être séparé de sa meute ". Les loups ont des territoires de chasse très étendus et peuvent parcourir des dizaines de kilomètres pour se rendre ailleurs.

Vers une colonisation du massif jurassien ?

« On se pose effectivement la question de savoir s'il vient de Haute-Savoie note Arnaud Legouge, chef de service départemental à l'ONCFS. Mais on ne le saura que plus tard si l'animal est recensé au niveau génétique ». Cela permettra de reconstituer sa trajectoire. Quant à une implantation durable du canidé dans le coin, Arnaud Legouge estime qu'il n'y a pas d'obstacle majeur à cette perspective. « Dans le massif du Jura côté Ain, les conditions sont potentiellement bonnes. Le milieu lui convient et il y a suffisamment de nourriture ». Des constatations qui ne réjouiront pas les éleveurs. Mais on n'en est pas encore là non plus. Ce n'est en effet pas la première fois que le loup est signalé dans l'Ain. En 2003, un canidé s'était fait remarquer par des attaques sur des troupeaux de moutons du côté de Plan d'Othonnes, dans le Revermont. L'animal avait été observé plusieurs fois. « Et puis à l'automne 2003, on a perdu sa trace » se souvient Arnaud Legouge. Quelques traces dans la neige avaient ensuite été vues à l'hiver 2004. En 2005, des brebis avaient été retrouvées mortes sur les communes de Torcieu et de La Balme, mais ces attaques ne lui étaient probablement pas dues. Du coup, les dernières traces d'un loup dans le département remontent avec certitude à la fin 2003.

L'arrivée de cet individu isolé était restée sans lendemain. En sera-t-il de même cette fois ? Encore trop tôt pour le dire.
--------------------------------------------------------------------------------
C'est une bien triste nouvelle pour l'équilibre de la Nature.
Seuls les cons vont se réjouir...

Repost 0
Published by Astéroide JoelleB612
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 00:49
Textes protégés


J'ai en moi une petite maison cachée bien à l'abri dans la vision du cœur
Lointaine et distante de tous soucis, paupières closes et peines endormies.
Personne n'habite la petite maison et solitaire j'entends battre nos cœurs,
Doucement écharpes flottantes au vent.

Et, dans la vision du cœur simplement juste
Une petite échelle dans le temps suspendu.
Et dans la vison du cœur doucement juste
Des mots pour s'aimer,
Des mots pour se consoler,
Des rêves pour s'inventer,
Des rêves pour apprivoiser
Ce nouveau corps meurtri.
Et dans la vision du cœur simplement juste
Des demains sans maladie
Des demains sans celui qui,
Un matin est venu sans bruit mais faisant grand fracas
Détruisant nos espoirs faisant naître l'effroi
Abrutissant nos jours et nos demains si frêles.

J'ai en moi une petite maison cachée bien à l'abri des terreurs,
Lointaine et endormie sous les givres et les cristaux de tous nos pauvres cœurs.
A l'encre de mes larmes j'y trempe souvent ma plume
Pour chasser le démon cancer de nos demains,
Pour qu'il aille vers un ailleurs que je voudrais si loin.
A l'encre de mes larmes et des beaux jours enfuis,
J'écris sur un ciel vierge notre espoir guérison,
Drapée manteau de foi escaladant mots et monts que je ne connais pas.
Et si parfois et même souvent
L'ombre doute y règne en sombre souveraine
La petite maison vers l'espoir me ramène
Des mots pour s'aimer,
Des mots pour s'inventer,
Des matins d'aube légère..
Des mots pour se redire
Que nos demains sont à nous,
Même en souffrance et même en désespoir
Nos demains sont à nous car ce qui ne nous tue pas
Demain nous rend plus fort en cela j'ai la foi.

Et si la petite maison cachée dans l'imagine
Cette petite maison je ne l'habite pas
J'y vais souvent en rêve pour rassembler mes forces
Car dans la vision du cœur
La flamme ne s'éteint pas .............

Ecrit en ce soir de peine et de doute......23 05 2009

Repost 0
Published by Astéroide JoelleB612
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 16:59

J'adore les sacs c'est une de mes passions ....Enfin quand je dis une passion ce serait plutôt une passion d'obligation!
Pour beaucoup de femmes le sac est non seulement un accessoire, un bijou à glisser en bandoulière sur l'épaule mais aussi un "instrument" indispensable dont pauvres malheureuses nous  ne pouvons nous passer.
Là j'entends déjà les jérémiades et les "ah non "! fuser.

Que je vous explique alors....Et bien je fais partie de celles qui ne peuvent se passer de leur sac et ceci sans complexe .Il ne se trouve jamais un sac assez grand pour contenir tous les effets que je souhaite "embarquer" avec moi dans ma vie quotidienne d'aventureuse du jour présent ..Pour tout dire dans mon sac voltigent pêle-mêle marteau , fard à joue, mouchoir en vieille toile de pays, clef USb, porte plume, carnets et stylos divers, gâteaux, médicaments, bonbons , rubans , aiguilles , chéquier , fleurs séchées, sac congélation, parfum, micro fossile, porte monnaie , cailloux divers, livre petit prince bien évidemment tout écorné et dont les feuillets commencent à rendre l'âme et aussi mon appareil photo,mon MP3, du dentifrice, ma brosse à dent j'en passe et des meilleurs!

 Et  j'en oublie j'en suis sûre .Un sac de bric et de broc dont tout le monde se moque et qui fait ma joie ...Mon sac c'est ma coquille, ma maison sur le dos,  ma survie avec lui je ne crains rien car je "traîne " tout avec moi , partout et je sais que dans toute circonstance eh bien je suis capable de gérer avec le contenu de mon sac. Psy ? oui certainement  avec au fond de moi cette angoisse de ne pas pouvoir partir sans le petit caillou que j'ai trouvé un certain jour et qui me porte bonheur , de ne pouvoir m'endormir sans fouiller au fond de mon sac magique pour y trouver le p’tit bonbon réconfortant qui m'apporte la sérénité .Chacun ses démons et ce démon ne me dérange pas ...sauf que !

Le sauf que est important car c'est là où le bât blesse et cette expression est bien d'actualité car outre le fait que je me tue le dos ou les épaules selon les jours le pire est que je ne trouve jamais un sac à ma grandeur. A chaque achat une déception avec toujours la même rengaine :" j"aurais dû le prendre plus grand"! Mais plus grand que le dernier grand que j'ai acheté c'est difficile à trouver !
Alors me direz vous ce n'est pas un problème, que de tracas pour un sac et vous aurez parfaitement raison.
Mon sac c'est un peu mon sésame pour une bonne journée et de cela j'en ai bien conscience si bien que je viens de fabriquer un sac aussi grand et profond que j'en avais envie. Je l'ai dessiné et coupé et avec toute ma foi je me suis dit que j'allais enfin avoir ce sac qui me permettrait d'en rajouter un peu plus.


Il est maintenant terminé et il contient plus que je n'osais l'espérer .Une espèce de fourre-tout dans lequel vivent en harmonie mes bricoles mais....Mais où est passé mon mouchoir , et ce stylo que je ne trouve pas tant les objets sont enchevêtrés les uns dans les autres .J'aurais dû faire des poches , séparer un peu les petits des grands , les utilitaires des moins utiles , enfin les histoires de sac ça n'en finit pas , ça me stresse : »Avoir ou ne pas avoir un sac «  c’est un peu comme « Etre ou ne pas être » Non ?

Repost 0
Published by Astéroide JoelleB612
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Joelle
  • : Astéroide B612 , Blog filant au gré de mon imaginaire ...de ce que j'entends , je ressens ou je lis parfois...Rien qu'un ciel celui des maux et des mots...
  • Contact

Texte Libre


VOT

Recherche

Texte Libre


Découvrez !