Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 19:51
Enivrez_vous.....
Il faut être toujours ivre.
Tout est là : c'est l'unique question.
Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps
Qui brise vos épaules et vous penche vers la terre,
il faut vous enivrer sans trêve.
Mais de quoi?
De vin, de poésie ou de vertu,
à votre guise, Mais enivrez-vous,
Et si quelquefois,
sur les marches d'un palais,
sur l'herbe verte d'un fossé ,
dans la solitude morne de votre chambre,
vous vous réveillez,
l'ivresse déjà diminuée ou disparue,
demandez au vent, à la vague, à l'étoile,
à l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui fuit,
à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule,
à tout ce qui chante, à tout ce qui parle,
demandez quelle heure il est;
et le vent, la vague, l'étoile,
l'oiseau, l'horloge, vous répondront :
"Il est l'heure de s'enivrer!
Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps,
enivrez-vous; Enivrez-vous sans cesse !
De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise."

Charles Baudelaire
Repost 0
Published by Joelle
commenter cet article
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 18:19
Le message de Grazou : son rêve pour moi
Je viens de regarder le blog de Grazou ma très belle petite nièce, voici ce qu'elle a déposé pour moi: son plus beau rêve. Et depuis je navigue sur son rêve devenu mien

Textes protégés
Repost 0
Published by Joelle
commenter cet article
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 00:31
L'enfant de Courmarine (Merci à Courmarine)
C'est quoi dit l'enfant en regardant l'oiseau saluer haut le soleil, pour ensuite se cacher dans le creux des nuages?
Ce n'est rien dit le frère, ce n'est qu'un vieux coucou qui s'essouffle en crachant ses moteurs..

C'est quoi dit l'enfant, planté bien droit devant l'océan, dont les clapotis réguliers lui promettent des secrets d'évasion?
Ce n'est rien dit le père, rien qu'une mare informe et sale, ne reste pas là, viens, dépêche-toi...

C'est quoi dit l'enfant, devant une terre malléable et féconde que ses petites mains avides ont hâte de modeler?
Ce n'est rien dit la soeur, c'est plein de boue ici, n'y mets pas les pieds, tu sentirais mauvais...

C'est quoi dit l'enfant, les yeux plein de bonheur serrant tout contre lui un petit bout de tendresse?
Ce n'est rien dit la mère, qu'un vieux tas de chiffon, tu es grand maintenant, il faut jeter ça...

C'est quoi dit l'enfant, un peu désemparé d'entendre la chanson monotone de toutes ces grandes personnes?
Mais ce n'est rien du tout, répondent-ils tous en choeur, que des choses sans importance, il faut grandir mon garçon...

Grandir? L'enfant hoche la tête et se demande comment grandir sans y perdre son âme...


Textes protégés
Repost 0
Published by Joelle
commenter cet article
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 22:50
SI tu ne sais pas quoi faire...........
Dis- moi si tu ne sais pas quoi faire de tes mains transforme les en caresses!!!!!!

C'est ce que j'aimerais dire à ceux et à celles que j'aime, à moi aussi peut-être car je ne suis pas toujours caressante, simplement le dire pendant que je suis en vie là près de vous , jamais loin même lorsque je le parais....parfois moi aussi je ne sais pas quoi faire de mes mains , peut-être alors serait-il bien que je les transforme en caresses ....mais en ce moment je vis comme dirait Mimi en mode marmotte....il faut que j'arrête d'hiberner le temps passe et j'ai si peu de temps à perdre
....

Textes protégés
Repost 0
Published by Joelle
commenter cet article
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 22:44
SI j'avais 53 minutes en plus ...
SI j'avais 53 minutes en plus, Courmarine! (Merci à Courmarine)

- Bonjour dit le petit Prince.

- Bonjour dit le marchand

C'était un marchand de pilules perfectionnées qui apaisent la soif. On en avale une par semaine et l'on n'éprouve plus le besoin de boire.

- Pourquoi vends-tu ça? dit le petit prince.

- C'est une grosse économie de temps, dit le marchand. Les experts ont fait des calculs. On épargne cinquante-trois minutes par semaine.

- Et que fait-on de ces cinquante-trois minutes?

- On en fait ce que l'on veut...

Moi, se dit le petit prince, si j'avais cinquante-trois minutes à dépenser, je marcherais doucement vers une fontaine... (auteur bien connu)

+++++++++++

Si j'avais cinquante-trois minutes à dépenser, je marcherais tout au bout d'une plage, je respirerais le vent iodé, et j'écouterais les mouettes déchirer les nuages

J'irais vers quelqu'un que j'aime, je lui caresserais les cheveux, je collerais mes lèvres aux siennes et je lui murmurerais des secrets d'amour, blottie tout contre sa tendresse.

Je mettrais un concerto de Mozart, à la puissance maximum, et j''y entrerais de tout mon corps et de toute mon âme. Ou alors, j'entrerais de plein pied dans l'univers du slam qui martèle des mots de poésie étrange

Je laisserais mes doigts sur le clavier et je ferais monter les mots, j'écrirais dans l'urgence, sans respirer, toute entière dans cet élan de création.

Je fermerais les yeux et écouterais les battements de mon corps, les battements de ma Vie...il me faudrait bien cinquante-trois minutes pour en faire le tour.

En encore...c'est peu cinquante-trois minutes...

Textes protégés
Repost 0
Published by Joelle
commenter cet article
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 22:13
L'équilibriste :Il allait vivre au jour le jour..........
L'équilibriste :Il allait vivre au jour le jour chevauchant le temps présent en équilibriste indifférent aux deux versants du temps. Malègue, Augustin, T2

Ces jours-ci j'allais bien. Dans un contexte cependant pas très facile pour moi. Il est certain souci que je n'évoque pas ici, ni nulle part d'ailleurs. J'ai appris à porter des choses en solitude, après avoir expérimenté que c'était une erreur pour moi de confier certaines préoccupations, fût-ce à des personnes de confiance.
Et puis, les personnes de confiance ne sont pas toujours des personnes de compétence...

J'allais bien parce que je portais tout cela, si ce n'est sereinement, tout du moins avec vaillance. Il est vrai que j'avais fait en sorte de m'environner d'éléments positifs, tant par des choix personnels, que grâce à quelques personnes vivifiantes.

Tout cela créait un certain équilibre, relativement instable, mais enfin... Équilibre quand même ! Dans ces cas-là, c'est un peu l'équilibre d'une fildefériste avec sa longue perche qui lui permet de tenir sur son fil. Tout est dans la qualité du maniement de la perche finalement. Oui mais voilà, lorsque la perche se brise d'un côté ; c'est la chute.

C'est ce qui m'est arrivé hier soir. Ce genre de brisure, bien évidemment on ne s'y attend pas, sinon on prendrait ses précautions.
On ne s'y attend pas ? Quoique !... On a bien repéré quelques faiblesses dans la perche d'équilibre, mais on croit qu'elle va tenir.

Je suis une vieille fildefériste. Cela présente un avantage et un inconvénient. L'avantage, c'est qu'avec l'expérience en sait se rattraper dans la chute. On ne se fait pas une fracture du crâne et on a appris à panser ses plaies. L'inconvénient, c'est que, par habitude, on remonte sur son fil. Or il n'est pas évident qu'il faille agir ainsi. Peut-être est-il temps de reconnaître que l'on n'a plus l'âge de ce genre de pratique. Peut-être qu'il est temps de passer ailleurs. Changer. Toute chose a un début, un déroulement, une fin.

Le fildefériste pense à tout cela, et en même temps il est déjà en train de remonter sur son échelle, il se tient sur la petite plate-forme, saisit une perche neuve et s'apprête à s'élancer à nouveau


Textes protégés
Repost 0
Published by Joelle
commenter cet article
9 septembre 2007 7 09 /09 /septembre /2007 22:37
L'étoile filante c'est le suicide d'une étoile....
Le suicide d'une étoile

Un cri, semblable à la plainte douloureuse d'un oiseau,
Blessé en plein cœur de son vol,
Déchira l'ombre tremblante d'un soir d'été.
Les arbres soudainement sont devenus muets
Et le vent inquiet, tout à coup est tombé,
Effleurant sans bruit la peau des troncs rugueux.
Puis un long voile de crêpe sur le ciel s'est posé
Occultant les yeux douloureux des étoiles.
Les nuages blancs gonflés de tant de larmes,
Pris au cœur d'un chagrin si lourd à porter,
Silencieusement se permirent de pleurer.
Dans la senteur de l'air ce parfum de tristesse
Si vif et si intense.
Une lueur étrange soudain m'est apparue ;
C'est alors que regardant vers elle
J'ai vu le halo consterné d'un pâle croissant de lune,
Et aperçu l'étoile qui s'y était pendue

Textes protégés

Repost 0
Published by Joelle
commenter cet article
14 août 2007 2 14 /08 /août /2007 20:50
Décès de Heinz Barth ..........
Décès de Heinz Barth le bourreau d'Oradour-sur Glane!

A Oradour-sur-Glane, près de la ville de Limoges, ce 10 juin 1944 est marqué d'une pierre blanche, celle de la barbarie nazie. La ville française en est le symbole, et Heinz Barth, le bourreau .En cette fin de Seconde guerre mondiale, à Oradour-sur-Glane, 642 civils seront massacrés, dont près de 200 femmes et enfants. Heinz Barth dirigeait la section de la 3ème compagnie du 1er bataillon du régiment blindé "Der Führer", qui remontait à cette époque du sud vers la Normandie.

"Le chef de la compagnie m'a donné l'ordre de tuer les citoyens français dans la grange. A l'intérieur, les hommes étaient très énervés (...). Alors j'ai ordonné : "Feu!" et tous ont tiré. Moi-même, j'en ai tués 12 à 15. Ils ont été tués en moins d'une minute" racontait Heinz Barth lors de son procès. Condamné à mort par contumace en France en 1953, Heinz Barth fut retrouvé et emprisonné en 1983, mais libéré en 1997 en raison de son état de santé.


"Remember ! Souviens-toi ! prodigue ! Esto memor !'(Charles ^Baudelaire)
Repost 0
Published by Joelle
commenter cet article
11 août 2007 6 11 /08 /août /2007 18:37
Moi je m'en moque j'envoie valser, les trucs en toc les cages dorées.....
Repost 0
Published by Joelle
commenter cet article
11 août 2007 6 11 /08 /août /2007 12:08
J'ai fait un rêve, je disais non à.......
Je dis non aux armes aux bombes et aux fanatiques

Je dis non aux menteurs aux tricheurs et aux politiques

Je dis non à cette société d'éternelle consommation

Je dis non à la violence à la corruption et "aux cons"

Je dis non aux innommables sournoises maltraitances

Je dis non aux nombreux intolérants de la différence

Je dis non aux pédophiles aux sadiques aux violeurs

Je dis non à la misère source d'inqualifiable malheur

Je dis non aux yeux d'enfants voilés figés par la peur

Je dis non à ces obstacles pour un monde meilleur

Je dis oui à tous ces bras qui se tendent pour l'amitié

Je dis oui à tous ceux dont le discours parle de paix

Je dis oui à un monde où règne l'entraide la fraternité

Je dis oui à des mains qui se joignent prient la liberté..........


Textes protégés
Repost 0
Published by Joelle
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Joelle
  • : Astéroide B612 , Blog filant au gré de mon imaginaire ...de ce que j'entends , je ressens ou je lis parfois...Rien qu'un ciel celui des maux et des mots...
  • Contact

Texte Libre


VOT

Recherche

Texte Libre


Découvrez !